orange cameroun lettre de l'administrateur cfdt

Paris, le 13 janvier 2010

 

Daniel Guillot

Administrateur salarié CFDT

à

 

Monsieur Lombard

Président de France Télécom Orange

 

 

Objet : respect des droits sociaux fondamentaux

            Situation à Orange Cameroun

 

 

Monsieur le Président,

 

 

Nous souffrons tous aujourd’hui de l’image renvoyée de notre entreprise au regard de la crise sociale et managériale que nous traversons depuis plusieurs mois. Cette souffrance se rajoute à celle confirmée  par les résultats de l’enquête technologia mettant au grand jour une crise d’identité sans pareil.

Vous avez su en mesurer l’impact en souhaitant la mise en place d’un nouveau contrat social. Pour cela des actions ont été mis en place avec l’ouverture de négociations sociales d’une ampleur inégalée depuis plus de 20 ans.  Des premiers résultats se sont fait jour avec la signature d’un premier accord sur l’emploi des séniors et d’autres sont en perspective je l’espère. Par ailleurs vous avez souhaité lancer les assises de la refondation. Nous pouvons tous souhaiter la réussite de l’ensemble du processus notamment sur les questions fondamentales de l’organisation du travail et en particulier de la responsabilité des managers y compris dans sa dimension sociale.

 

A l’instar de la CFDT j’ai toujours estimé que la question de la responsabilité sociale et sociétale des entreprises concerne directement  les salariés et les cadres des dites entreprises tout en représentant  un vecteur de développement et de valorisation pour l’entreprise elle-même. Vous en aviez bien mesuré la portée en vous engageant en décembre 2006 dans l’accord mondial sur les droits sociaux fondamentaux avec UNI, le syndicat mondial, et ses affiliés en France, membres de l’alliance syndicale mondiale UNI France Télécom.

 

Un tel accord correspond bien à la responsabilité d’une entreprise mondiale. Il mériterait par ailleurs, de mon point de vue, un prolongement en matière de représentation du personnel, y compris jusqu’au sein du conseil d’administration.

 

France Télécom confirme chaque jour sa légitime ambition de devenir l’opérateur de référence sur le continent africain ce qui se traduit aujourd’hui dans son engagement comme partenaire majeur de la coupe d’Afrique des nations.

 

C’est pourquoi je tiens à vous faire part de ma stupéfaction en apprenant la mise en place de procédures de sanctions dont certaines d’entre elles vont jusqu’au licenciement envers des élus et responsables  syndicaux de la section d’Orange du syndicat de la communication au Cameroun du fait de l’exercice de leur mandat.

 

Convaincu de votre attachement à la rénovation du dialogue social dans notre entreprise, je pense qu’il serait particulièrement opportun que ce soucis partagé ne s’arrête aux frontières de l’hexagone.  Les voies du dialogue à Orange Cameroun doivent être retrouvées ce qui nécessite l’arrêt des procédures en cours.

 

Recevez Monsieur le Président l’expression de mes respectueuses salutations.

 

 

Daniel Guillot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :