Groupe Orange un retour de la négociation

Publié le par Daniel Guillot


Je me trouvais hier à Bruxelles dans le cadre de mon mandat européen pour un débat important sur les questions de l'emploi en Europe à l'horizon 2020. Je planchais sur les perspectives avec les membres de la commission ou des gouvernements des différents pays ainsi que les partenaires sociaux européens. 

Pendant ce temps deux évènements concommittants ou presque viennent de se produire dans le groupe  :
- la signature de l'accord sur les séniors en France
- l'annonce d'ouverture de négociations sociales en suisse dans le cadre de la fusion Orange suisse TDC.

Ces deux évènements sont d'importance car depuis plusieurs années la négociation sociale est largement perçue comme une contrainte par le management de l'entreprise. Nos dirigeants se soumettant aux obligations légales sans chercher à obtenir des accords qui pourraient un temps soit peu remettre en cause leurs certitudes.
La crise que nous avons vécue est venue rappeler à tous que lorsque l'on chasse le social il revient au galop.
L'accord qui vient d'être signé à Paris est, à ce titre, un véritable changement qu'il convient de saluer.
Concernant la situation helvétique je m'étais rendu il y a 3 ou 4 ans en Suisse pour témoigner ma solidarité avec mes collègues d'Orange Suisse lors d'un conflit qui déjà avait terni rééellement dynamique qu'avait Orange dans ce pays.
Le groupe avait pris à l'époque la dimension de la crise et avait apporté quelques solutions négociées.
Nous passons à un stade supérieur avec l'ouverture de négociations à froid dans le cadre de la fusion avec mes amis du syndicat de la communication.
Emploi des seniors : un accord aujourd'hui pour inventer demain
Lire les communiqués du syndicat de la communication suisse sur la fusion orange suisse sunrise.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article